Site sommital du fort de la Bastille à Grenoble
Renseignements 04 76 00 92 25 - Ouverture : du mardi au dimanche de 11 h à 18 h
Accès : par le téléphérique, par les sentiers pédestres de la Bastille,
en voiture avec stationnement possible sur le parking du glacis.







 
Mobilisation générale !

Les chasseurs de la France Libre

C’étaient des hommes !

Pierre Comba, aquarelles alpines et militaires

 
 
Pierre Comba, aquarelles alpines et militaires
 
Pierre Comba (Nice 1859 – 1934) est l’un des meilleurs peintres militaire de sa génération. Excellent aquarelliste il débute sa carrière comme dessinateur topographe dans l’armée française. Démissionnant de ses fonctions à la fin de l’année 1888, il continue à dessiner et à peindre essentiellement dans les Alpes, suivant les militaires des troupes de montagnes dans leurs manœuvres puis en 1914 jusqu’aux champs de bataille des Vosges ou de la Somme. Paysagiste reconnu, il est souvent appelé par les premiers syndicats d’initiative de promotion du tourisme (Nice, Grenoble, Aix-les-Bains, Annecy, etc.) pour illustrer plaquettes ou affiches avec des aquarelles des paysages les plus renommés.

Grenoble étant depuis 1888 la capitale des Troupes de montagne, il était, dès lors, naturel qu’un hommage soit rendu à un artiste qui les a dépeintes dans leur vie quotidienne. Les œuvres ont été empruntées à des collectionneurs ou à des musées, comme par exemple le musée Dauphinois qui a reçu un don de la petite-fille de Pierre Comba de 26 aquarelles.

L’exposition s’est tenue durant deux mois à Grenoble dans les prestigieux salons de l’Hôtel des Troupes de montagne, Place de Verdun, de novembre 2011 à janvier 2012.

Sous l’autorité du général Wattecamps, commandant la 27e Brigade d’Infanterie de Montagne, le commissariat de l’exposition était assuré par le capitaine Yann Domenech de Cellès, ancien conservateur du musée des Troupes de montagne, par son successeur le lieutenant Ariane Pinauldt et par Alain Bexon, éditeur et historien de l’art, auteur de l’ouvrage Un peintre chez les chez les chasseurs alpins, P. Comba.
  Article suivant : C’étaient des hommes !