Suite à un problème technique, le musée est exceptionnellement fermé du 12 mai 2017 jusqu’à une date indéterminée. Nous vous tiendrons informés de sa réouverture.
Site sommital du fort de la Bastille à Grenoble
Renseignements 04 76 00 92 25 - Ouverture : du mardi au dimanche de 11 h à 18 h
Accès : par le téléphérique, par les sentiers pédestres de la Bastille,
en voiture avec stationnement possible sur le parking du glacis.







 
Les Alpes au fil de l’Histoire

Le XIXe siècle et l’apparition des Troupes de montagne étrangères

La création des Troupes alpines françaises

La conquête de la montagne

L’expertise de la montagne

1914-1918, le baptême du feu

1939-1940, les Alpins sur tous les fronts

Alpins en Résistance

Autriche et Algérie

Opérations Extérieures (OPEX)

Aménagement du territoire

Identité et Culture

 
 
1939-1940, les Alpins sur tous les fronts
 
Le cycle de la Seconde Guerre mondiale s’étale sur trois espaces qui présentent, chacun par une scénographie et une muséographie différentes, les temps forts des Troupes de montagne au cours de ce conflit historique. Une mise en scène ludique alliant reconstitution, projection, écrans et jeux de lumière invite le spectateur, dans un environnement type casemate fortifiée de l’époque, à parfaire sa connaissance de la Seconde Guerre mondiale à travers le prisme des Troupes de montagnes.

Le conflit donne l’occasion aux Alpins de pleinement mettre à profit leur savoir-faire. Une partie d’entre eux partent se battre en Norvège où ils participent à la conquête du port de Narvik, le 29 mai 1940, après une difficile progression dans le froid et la neige.

Les Alpes sont aussi le théâtre de rudes combats. Le 10 juin 1940 Mussolini fait entrer l’Italie en guerre et lance à la frontière une armée de plus de 600 000 hommes. Face à elle, l’armée française est réduite aux seuls bataillons alpins de forteresse, à l’artillerie de position et aux sections d’éclaireurs-skieurs. S’appuyant sur les forts et ouvrages Maginot, les Alpins bloquent l’avancée des Italiens et livrent des combats héroïques pendant les quelques jours précédant l’armistice.

Dans le reste de la France, c’est la débâcle. L’armistice est signé alors que les Allemands n’ont jamais réussi à passer le verrou de Voreppe qui commande l’accès à Grenoble : l’armée des Alpes demeure invaincue. Malgré sa valeur, elle est contrainte de déposer les armes. L’amertume de cet échec se transformera en esprit de revanche.
Article précédent : 1914-1918, le baptême du feu   Article suivant : Aménagement du territoire